collision-animal-sauvage

Collision avec un animal sauvage : quelle indemnisation ?

Camille de Leocare  05 Jan. 2023  •  5 min. de lecture

La collision avec un animal sauvage occasionne souvent des dégâts matériels importants et coûteux, à votre véhicule. Elle peut, également, créer des dommages corporels à vos passagers et à vous-même ! Comment être indemnisé suite à ce type d’accident ? Toutes les informations utiles pour y voir plus clair, grâce à Leocare, la néo-assurance simple, rapide et flexible.

L’indemnisation de la collision avec un animal sauvage

L’indemnisation après une collision avec un animal sauvage dépend du contrat d’assurance auto souscrit et des garanties incluses dans celui-ci.

Les dommages matériels subis par votre véhicule

Si vous percutez un sanglier 🐗 ou un cerf 🦌 de plein fouet, votre véhicule n’en ressort généralement pas indemne. La prise en charge de cet accident varie selon la formule d’assurance auto choisie et des éventuelles garanties complémentaires souscrites.

Si vous êtes assuré au tiers, aucune indemnisation ne vous est versée : elle ne couvre que les dommages subis pas les tiers, du fait de votre véhicule.

Il en est de même si vous avez opté pour un tiers intermédiaire même si vous avez souscrit l’assurance tierce collision. Celle-ci n’intervient qu’en cas de collision avec des animaux domestiques et un propriétaire identifié. Or, comme vous l’aurez compris, un animal sauvage n’appartient à personne.

Avec l’assurance tous risques, vous êtes toujours indemnisé. Elle couvre les dommages matériels au véhicule, que vous soyez ou non responsable du sinistre.

Bon à savoir

Le risque de croiser des animaux sauvages sur sa route n’est pas anecdotique, notamment en fin de journée. La probabilité augmente également à la saison froide et à proximité d’un bois ou d’une forêt. Redoublez de vigilance quand tous ces facteurs sont réunis !

Les dommages corporels au conducteur

Si vous êtes blessé suite à une collision avec un animal sauvage, votre assurance auto vous indemnise si vous avez souscrit une garantie accident corporel du conducteur. Celle-ci est, la plupart du temps, incluse dans le contrat d’assurance auto tous risques 🚗.

Si vous êtes assuré au tiers intermédiaire avec une garantie conducteur, votre assureur prend également en charge les frais nécessaires à votre rétablissement, sur la base des plafonds de garantie prévus dans le contrat.

Avec une assurance au tiers, aucune indemnisation n’est prévue lors d’une collision avec un animal sauvage. Le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires (FGAO) peut vous indemniser. Celui-ci couvre les victimes d’accident de la route lorsque les responsables ne sont pas assurés ou non identifiés. Il intervient également pour compléter le montant versé par l’assurance.

Bon à savoir

Le FGAO prend uniquement en charge les dommages consécutifs à une réelle collision. Si vous avez percuté un arbre, pour éviter un animal sauvage, aucune indemnisation n’est due.

Les dommages corporels aux passagers

La garantie responsabilité civile est obligatoire en matière d’assurance auto. Assuré au tiers, a minima, ou tous risques, votre assurance prend en charge l’indemnisation des passagers blessés.

Si le passager a souscrit, à titre personnel, une assurance individuelle accident, il déclare, en parallèle, l’accident à son assureur dans un délai de 5 jours ouvrés.

Que se passe-t-il en cas de décès du conducteur ou d’un passager ?

Si vous décédez suite à l’accident, sachez que vos ayants droit peuvent solliciter votre assurance. Le versement d’un capital aux proches du défunt est souvent prévu dans le contrat d’assurance. À défaut, la saisie du FGAO est possible.

Si c’est un passager qui perd la vie, votre assurance auto indemnise le préjudice de ses ayants droit. C’est la responsabilité civile obligatoire.

Comment faire en cas de collision avec un animal sauvage ?

Si votre véhicule entre en collision avec un animal sauvage, alertez la police ou la gendarmerie 🚓. Ce sont les seules autorités habilitées à dresser un procès-verbal lors de dommages corporels et à sécuriser la voirie. S’il y a des blessés, prévenez également les secours 🚒.

Établissez un constat en expliquant bien les circonstances de l’accident. Prenez également les coordonnées, le cas échéant, des témoins présents. Afin de faciliter la preuve de la collision, n’hésitez pas à prendre quelques photos du lieu de l’accident et de votre véhicule.

Déclarez l’accident à votre assureur dans un délai maximal de 5 jours ouvrés à compter de l’évènement. L’idéal est de le contacter immédiatement par téléphone pour l’informer avant d’envoyer les éléments nécessaires au traitement du sinistre. Quatre possibilités s’offrent à vous :

  • L’envoi d’un courrier.
  • Le constat sur l’application e-constat auto.
  • La déclaration du sinistre en ligne sur le site de votre assureur.
  • La déclaration directement dans les locaux de l’assureur.

À réception, votre assureur désigne un expert pour vérifier les causes du sinistre et évaluer, le cas échéant, l’indemnisation à verser.

Bon à savoir

Si l’animal sauvage a été tué suite à la collision, les forces de l’ordre peuvent vous autoriser à l’emporter. À défaut, contactez les services de la mairie, pour procéder à son enlèvement et ainsi, libérer la voirie.

Quels sont les frais à régler en cas de collision avec un animal sauvage ?

Même si vous êtes couvert pour ce type d’accident, certains frais restent à votre charge, à savoir la franchise et la surprime si un malus est appliqué.

La franchise d’assurance auto

Si vous êtes assuré au tiers, vous n’avez, par principe, aucune franchise à régler, car vous ne bénéficiez d’aucune indemnisation. Vous prenez en charge l’intégralité des dommages matériels de votre véhicule.

Si vous avez souscrit une assurance tous risques, une franchise s’applique. Son montant figure dans les conditions générales de vente et est déduit de l’indemnisation due.

L’application d’un malus

Un malus n’est pas automatiquement appliqué lors de la collision entre un véhicule et un animal sauvage. De manière générale, vous n’encourez pas un malus si la collision résulte d’un cas de force majeure c’est-à-dire qu’elle ne peut être empêchée de quelconque façon.  La force majeure est caractérisée dès lors que l’évènement est irrésistible, imprévisible et extérieur.

Certains assureurs appliquent toutefois un malus de 25 %, si vous êtes, au moment des faits, dans une zone équipée de panneaux A15a passage d’animaux. Ils considèrent alors que tous les éléments de force majeure ne sont alors pas réunis.

Faites le choix d’une néo-assurance auto 100 % mobile et flexible, comme Leocare. Nous vous simplifions la vie avec notre appli performante. Elle vous permet de gérer votre contrat et vos sinistres à tout moment. N’hésitez pas à découvrir nos tarifs attractifs en réalisant gratuitement un devis en une minute !

La FAQ de la collision en voiture avec un animal sauvage

La déclaration d’une collision avec un animal sauvage est la même que pour tout autre accident de la circulation. Transmettez-lui les éléments nécessaires au traitement du sinistre, au plus tard, dans un délai de 5 jours ouvrés à compter de l’évènement. La démarche se fait par l’envoi d’un courrier, en ligne ou directement dans les locaux de l’assureur.

Contactez en priorité la police ou la gendarmerie pour sécuriser la voie publique. Si des passagers ou vous-même êtes blessés, un procès-verbal est dressé. Prévenez alors, également, les secours. Enfin, si l’animal est mort, alertez les services de la mairie, qui se chargent de retirer son corps de la voirie.

Un animal sauvage, par définition, n’a pas de propriétaire. Remplissez un constat pour décrire l’évènement et transmettez-le à votre assurance. Cette déclaration peut être établie sur papier, via l’application e-constat auto, sur le site de votre assureur ou directement en agence.

L’animal sauvage n’appartenant à personne. Vous êtes, par principe, responsable en cas de collision. Ce n’est pas pour autant que vous encourez un malus. Cet évènement est souvent considéré comme un cas de force majeure par les assurances. Cela signifie que vous n’avez aucun moyen de l’éviter. Selon le contrat d’assurance auto souscrit, vous pouvez prétendre à une indemnisation via votre assurance ou solliciter le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires (FGAO).